Rwanda 28 Novembre:NOTRE-DAME DE LA DOULEUR DE KIBEHO : « Quand je me montre et que je parle à quelqu’un, j’ai l’intention de m’adresser au monde entier ».

Written by on novembre 28, 2018

NOTRE-DAME DE LA DOULEUR  DE KIBEHO : « Quand je me montre et que je parle à quelqu’un, j’ai l’intention de m’adresser au monde entier« .

RWANDA 28 novembre

 

 

 

Et justement en ce jour-ci: RADIO MARIA inaugure son siège dans cette ville  à quelques mètres du sanctuaire de Notre-Dame des Douleurs  !!!

Apparitions: 1981 – 1989

Les apparitions de la Vierge à Kibeho (28 Novembre 1981-28 Novembre 1989) sont les premières à se produire en Afrique, et dont l’Eglise a exprimé sa reconnaissance, les jugeant être authentique, à la fin d’une longue enquête et un strict processus canonique.

Tout a commencé au Rwanda, le 28 Novembre 1981, dans un collège d’étudiantes, enseigné par les sœurs d’une congrégation religieuse au Rwanda à Kibeho, localité située dans la commune de Mubuga, à 30 kilomètres de Butare et à 35 kilomètres de Gikongoro, dans la préfecture de Gikongoro , dans la région naturelle de Nyaruguru.

Il était 12h35. Les collégiennes étaient au réfectoire. Alphonsine Mumureke, âgée de 16 ans, étudiante au secondaire, servait ses amis à la table lorsqu’elle entendit distinctement une voix l’appeler:

 « Ma fille, viens ici ». La voix venait du couloir, à côté du réfectoire. Alphonsine se dirigea de ce coté, et là, il vit, pour la première fois, une jeune femme, étrange (inconnue), magnifique, vêtue de blanc, avec un voile blanc sur la tête, qui cachait ses cheveux, et qui semblait rejoint le reste de la robe, et non on pouvait comprendre comment la robe était cousue. Il n’avait pas de chaussures. Les mains jointes sur la poitrine avec les doigts pointés vers le ciel.

 La Madone n’était pas vraiment blanche (muzungu) telle qu’elle est présentée dans les sanctuaires, mais pas même noire. Alphonsine affirmera, dans son témoignage, qu’elle ne pouvait pas dire exactement à quoi ressemblait sa peau. La Madone était sa beauté incomparable.

Alphonsine, pleine de peur, a demandé à la dame qui elle était.

La femme a répondu: « Ndi Nyina Wa Jambo », c’est-à-dire « Je suis la Mère de la Parole »(mère du verbe). Le dialogue s’est déroulé en langue rwandaise. Les camarades de classe, présents, ont entendu les paroles d’Alphonsine, mais pas celles de la Dame. Cependant, leur présence est avérée très fructueuse, puisque, par la répétition faite par leur partenaire, ils pourraient savoir ce qu’il disait ce mystérieux personnage, dont ils se témoignent avoir entendu la réponse de la Vierge.

 « Ni WOWE Nyina wa Jambo? », « Vous êtes la Mère de la Parole? » Elle aurait demandé au devin à la Vierge, comme en témoignent les élèves. Ensuite, Alphonsine s’est aussi présentée à Notre Dame: « Nanjye nitwa Alphonsina ». « Et je suis Alphonsine ».

Notre Dame a poursuivi: « Dans votre vie chrétienne, quelle est la chose la plus importante pour vous?

Alphonsine répondit en ces termes: « J’aime Dieu et sa mère qui a amené le Rédempteur au monde ». La Dame a ajouté: « Vraiment ». « Oui, c’est vrai », poursuivit la voyante.

À ce stade, la Dame a fait la déclaration importante suivante: « Si tel est le cas, je viens vous consoler, car j’ai écouté vos prières. Je veux que tes compagnes aient la foi, parce qu’ils n’en ont pas assez « . La Dame lui a également demandé d’enseigner à ses compagnes de prier parce qu’elles ne savaient pas comment prier ou ne faisaient pas assez, et de maintenir en estime la dévotion envers Marie, leur Mère.

Alphonsine de récupération: « Mère du Sauveur, si c’est vraiment vous qui venez nous dire qu’ici, à l’école, nous avons peu de foi, vous nous aimez! C’est un grand bonheur pour moi de vous voir de mes propres yeux « .

Finalement, avec la conviction qu’elle avait reçu la visite de Notre-Dame, Alphonsine récita trois Ave Maria et la séquence du Saint-Esprit. Puis la dame disparut lentement, pas des épaules mais en se retirant vers le haut.

 L’apparition a duré environ un quart d’heure.

À l’époque, le collège hébergeait 120 filles à l’intérieur, réparties en trois classes les préparant à devenir secrétaires de société ou enseignantes au niveau élémentaire. Il était dirigé par trois religieuses qui agissaient également comme enseignantes. Les autres enseignants, une femme et cinq hommes, étaient des laïcs. Le complexe n’était pas équipé d’une chapelle et, par conséquent, le climat religieux n’était pas particulièrement ressenti. Voici donc le sens des premiers mots de la Vierge Marie.

La réaction des compagnons d’Alphonsine devant les apparitions n’était pas enthousiaste. En effet. Ils ont immédiatement pensé que c’était hystérique ou victime d’hallucinations.

Il est devenu leur risée. Personne n’a pris au sérieux ce qu’il disait et la fille en souffrait. Il a alors prié, dans l’une des visions successives, que la Vierge apparaisse aux autres filles pour qu’elles puissent croire. Notre-Dame l’a satisfaite. Le 12 janvier 1982 au soir, la Vierge Mère apparut également à Nathalie Mukamazimpaka, alors âgée de 17 ans. Mais cette démonstration n’a pas suffi à faire baisser le scepticisme.

Alphonsine a insisté pour que Notre-Dame apparaisse à d’autres filles et la Mère de Dieu l’a toujours satisfaite. Le 2 mars 1982, Notre-Dame parut à Marie-Claire Mukangango, âgée de 21 ans. Cette nouvelle apparence fut déterminante, car Marie-Claire était la plus sceptique et, eu égard à son âge, influença également le comportement de ses condisciples. Lorsqu’elle a également déclaré qu’elle avait vu la Madone, ils se sont tous rendus. Et à partir de ce moment, le collège accorda une plus grande attention à ces phénomènes.

Les messages de Notre-Dame de Kibeho ne concernaient pas uniquement la population rwandaise. La Vierge lui a dit explicitement à Marie-Claire: « Quand je me montre et que je parle à quelqu’un, j’ai l’intention de m’adresser au monde entier« . Un message universel, donc. Et ce que notre Dame a voulu rappeler avec ses apparitions, c’est le fait que le monde vit sans Dieu, ignorant les valeurs de l’esprit. La Vierge a déclaré dans ses messages qu’elle était venue consoler ses enfants, les invitant à l’unité et à la paix, par la conversion, la prière, la pénitence et la participation à la Passion du Christ. C’est pourquoi il s’est présenté comme « Vierge de la souffrance » ou « des douleurs » ou « douloureux ».

Il convient de noter l’apparition du 15 août 1982, lorsque les visionnaires ont eu une vision claire de ce qui se passerait quelques années plus tard dans leur pays. Ce jour-là, la Vierge est apparue très triste aux filles. Alphonsine a rapporté l’avoir vue en larmes. Et même les filles elles-mêmes se comportaient différemment: elles pleuraient, tremblaient et se grinçaient des dents. C’était une apparition exceptionnellement longue, d’une durée de huit heures.

Les filles ont ensuite raconté avoir vu « une rivière de sang, des gens s’entretuer, des cadavres abandonnés sans que personne ne veuille les enterrer, un abîme béant, un monstre effrayant, des têtes coupées ». Et en effet, lorsque la guerre civile entre les groupes ethniques, les Tutsis et les Hutu a éclaté dans ce pays désastreux, des massacres effrayants ont confirmé la véracité de cette apparition.

De plus, deux filles, Alphonsine et Nathalie, ont eu l’occasion d’effectuer plusieurs voyages mystiques avec Notre-Dame dans l’au-delà, où elles ont pu constater l’existence d’un jugement après la mort, ce qui amène les hommes à repartir selon les trois destinations définies par jugement moral, paradis, purgatoire et enfer.

Après un examen minutieux mené par deux commissions, le médecin (attestant de la normalité des filles) et le théologique (constatant l’absence d’erreurs dans les apparitions), et ordonnant un procès canonique précis, le 29 juin 2001, le premier évêque de Gikongoro, Mgr. Augustin Misago, dans la cathédrale, en présence de tout l’épiscopat du Rwanda et du nonce apostolique, Mgr. Salvatore Pennacchio, a lu le décret reconnaissant l’authenticité des apparitions à Kibeho, dans lequel il a déclaré solennellement, au nom de l’Église, « Oui, la Vierge Marie est apparue à Kibeho le 28 novembre 1981 et au cours des mois suivants.

 Il y a plus de bonnes raisons de croire que ne pas nier. À cet égard, seuls les trois visionnaires du début méritent d’être considérés comme authentiques: il s’agit d’Alphonsine MUMUREKE, de Nathalie MUKAMAZJMPAKA et de Marie Claire MUKANGANGO. La Vierge s’est manifestée sous le nom de « Nyina wa Jambo », c’est-à-dire « Mère du Verbe », synonyme de « Umubye-yi w ‘Imana », c’est-à-dire « Mère de Dieu », comme elle l’a expliqué. Ces visionnaires de Marie disent la voir à deux mains et à bras ouverts « .

Le 31 mai 2003 à 10 heures, tandis que S. Em.za, card. Crescenzio Sepe, préfet de la Congrégation pour l’évangélisation des peuples, envoyé par le pape pour célébrer la consécration du sanctuaire de Notre-Dame des Douleurs à Kibeho, a célébré la messe solennelle avec tous les évêques rwandais, devant les fidèles rassemblés phénomène de la danse du soleil, comme à Fatima, le 13 octobre 1917. Il a duré huit minutes et a été filmé et photographié et suffisamment pour exclure toute suggestion.

Auteur: Francesco Patruno- Source: Saints et Bienheureux

Prière à la Mère du Verbe de Kibeho

Bienheureuse Vierge Marie, Mère du Verbe,
Mère de tous ceux qui croient en Lui et L’accueillent dans leur vie,
nous voici devant toi pour te contempler.
Nous croyons que tu es parmi nous, comme une mère parmi ses enfants,
même si nos yeux de chair ne te voient pas.
Toi, sûr chemin qui nous mène à Jésus le Sauveur,
nous te bénissons pour tous les bienfaits dont tu nous combles sans cesse,
spécialement, depuis que, dans ton humilité,
tu as daigné apparaître miraculeusement à Kibeho,
au moment où notre monde en avait tant besoin.
Ô Sainte Marie, Notre Dame des Douleurs,
apprends-nous à comprendre la valeur de la croix dans notre vie,
pour que ce qui manque aux souffrances du Christ
nous l’achevions dans notre propre chair
en faveur de son Corps mystique, qui est l’Eglise.
Et, lorsque notre pèlerinage sur cette terre prendra fin,
puissions-nous vivre éternellement avec toi dans le Royaume des Cieux. Amen.

__________

Ir Eric-Vico BAYUBAHE


Current track

Title

Artist